Menu Fermer

Le ski en chiffres

Qu’est-ce que le ski ?

Le ski alpin est un sport de glisse qui consiste à descendre une pente enneigée à l’aide de skis et de fixations arrière fixes. Le ski alpin regroupe différents styles. Le ski alpin se distingue du ski de haute montagne; du ski nordique, comme le ski de fond, du saut à skis et du télémark.

Le ski alpin est populaire partout où l’on trouve de la neige et des montagnes et où une infrastructure touristique suffisante peut être construite, notamment en Europe, en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande, dans la cordillère des Andes, en Amérique du Sud, et en Extrême-Orient. Le ski occupe une place centrale dans l’offre touristique des stations de montagne, ce loisir est très connu et apprécié du grand public.

La France et le ski

La France compte 250 stations de ski alpin et environ 200 entreprises de stations de ski. Chaque hiver, les stations françaises reçoivent 10 millions de touristes. La France génère chaque année plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires, 55 millions de journées de ski et 18 000 salariés, répartis en 20 métiers, se classant parmi les trois premiers mondiaux. La taille du marché des stations de ski françaises est estimée à 10 milliards d’euros, avec 10 millions de touristes dont 25 % d’étrangers. Plus de 120 000 emplois en France dépendent de l’ouverture des stations de ski (commerces, hébergements, école de ski, services de la station, etc.)

Les Français et le ski

Bien que les stations de ski françaises soient fermées tout l’hiver, les Français ont une impression très positive du ski, et les pratiquants ont une forte envie de continuer à skier. Selon une étude menée par l’Institut de Recherche IPSOS en 2021, « Quelle est votre impression du ski ? » 86% des personnes interrogées déclarent avoir une bonne impression du ski. Ce qui attire les Français dans la pratique du ski, ce sont les loisirs de plein air, le plaisir de skier. , et des activités agréables dans un environnement naturel et inspirant. Près de la moitié des Français (46 %) sont des skieurs, et un cinquième des Français sont des skieurs (chaque hiver, Une ou plusieurs fois). La grande majorité des Français (65%) peuvent skier ou essayer le ski à un moment de leur vie.

Le ski reste une activité sportive, mais en plus du ski, les Français utilisent également diverses activités de loisirs offertes par la montagne pour pratiquer en moyenne 3 activités dont : la marche (48 %) le ski alpin (43 %), la luge (31 % ), et la raquette (29%). Parmi ceux qui pratiquent le ski alpin/snowboard, 94 % ont déclaré qu’ils continueraient à le faire à l’avenir. La principale raison qui les encourage à continuer la pratique du ski alpin/snowboard est leur enthousiasme pour le sport. Le ski est un plaisir, et plus généralement, ce genre d’activité antistress est bonne pour la santé, permet de faire de l’exercice et peut facilement interagir et Pratiquer avec la famille.

Qui sont ces skieurs (euses) français ?

53% sont des hommes et 47% des femmes, 40% ont moins de 35 ans, 54% habitent dans un foyer de plus de 3 personnes.

Les investissements et les dépenses

Le budget de la société de la station de ski est principalement composé de frais de personnel (30% du budget de la société privée, 50% du budget de la société cotée). Viennent ensuite les taxes, prélèvements et dons (20 %) et l’amortissement des outils de travail : remontées mécaniques, machines de beauté, infrastructures d’enneigement (20 %)… le résultat moyen pour les entreprises privées est de 7,5 %. Si l’entreprise prend une position d’investissement, l’investissement dans les petites stations de ski publiques est généralement négatif.

En raison de l’énorme excédent d’exploitation, les entreprises des stations de ski doivent constamment mettre à jour leurs infrastructures pour rester compétitives, ce qui nécessite beaucoup d’investissements. Les stations de ski françaises investissent en moyenne 350 millions d’euros chaque année, représentant 25 à 30 % de leur chiffre d’affaires. Les remontées mécaniques restent le principal projet d’investissement (> 50 %). Si on regarde le caractère de développement durable de tous les coûts (le sens de la COP21, voir https://biomattitude.com/) nous verrons que la plupart des coûts des stations de ski sont des coûts de développement durable.

La fréquentation

En dehors de la Covid-19, le chiffre d’affaires des sociétés de stations de skis est en croissance régulière. La fréquentation a été relativement stable au cours des 10 dernières années. Le ski est un sport populaire, et 46 % des Français âgés de 16 à 75 ans pratiquent le ski souvent ou peu (Source : IPSOS 2020). 20% des Français skient une fois par an ou plus.

L’âge des clients est également réparti jusqu’à 55 ans, âge auquel la pratique commence à diminuer. En moyenne, un tiers du taux de fréquentation a été atteint en seulement quatre semaines : pendant les vacances d’hiver françaises. 25 % du taux de fréquentation provient de clients étrangers, principalement européens. Leurs dates de vacances (si elles existent) ne sont pas forcément les mêmes que les jours fériés français, ce qui permet de fluidifier la fréquentation.

L’emploi dans les stations

Le tourisme d’hiver est devenu la principale richesse économique de la plupart des régions montagneuses. Les stations de ski offrent 18 000 emplois chaque hiver, dont plus des deux tiers sont occupés par des hommes : conducteurs de remontée mécanique, conducteurs d’engin de damage, nivoculteurs, maintenance, pisteurs secouristes…  La féminisation progresse. Le degré de féminisation des professions administratives est le plus élevé (caisse, administration). Les entreprises de remontées mécaniques sont généralement les principaux employeurs des stations balnéaires et des villes voisines, contribuant ainsi à maintenir la population de la montagne toute l’année.

Plus de 120 000 emplois en France dépendent directement de l’ouverture des stations de ski (commerces, hébergements, écoles de ski, restaurants/cafés, services de la station…). Le ski est aujourd’hui et se maintiendra encore longtemps, c’est le principal pilier qui apporte la vitalité à la montagne. Par exemple, plus de la moitié de l’économie savoyarde est directement ou indirectement liée aux sports d’hiver. En tant que pourvoyeuse de revenus et d’infrastructures, les activités hivernales peuvent soutenir des activités diversifiées, nécessaires mais souvent non rentables.

Les remontées mécaniques

Le parc français de remontées mécaniques est composé de 3113 installations réparties de la façon suivante (Source STRMTG au 31/08/2021) : • 863 télésièges • 137 télécabines • 101 autres téléphériques • 1 978 téléskis • 34 autres.

A noter que ce nombre est en baisse constante depuis 2010, passant de 3 700 en 2010 à 3 113 (-13,3 %) en 2021. Cependant, la capacité totale de transport du parc des remontées mécaniques mesurée par le temps de mise sous tension continue d’augmenter, reflétant les efforts des exploitants pour rationaliser leur parc d’installations.

Les 3 113 remontées mécaniques françaises sont concentrées sur 312 sites (stations de ski, sites touristiques, dessertes urbaines, ou autres sites). Ce parc représente une longueur de développement de 2 901 kilomètres (soit la distance aérienne entre Paris et Le Caire) et un dénivelé cumulé de 743 kilomètres (soit la distance routière de Grenoble-Lille). À noter que ce nombre est en baisse constante depuis 2010. De 3 700 en 2010 à 3 113 (-13,3 %) en 2021. Cependant, la capacité totale de transport du parc des remontées mécaniques mesurée par le temps de mise sous tension continue d’augmenter, reflétant les efforts des exploitants pour rationaliser leur parc d’installations.

Les 3 113 remontées mécaniques françaises sont concentrées sur 312 sites (stations de ski, sites touristiques, nœuds de villes ou autres). Le parc a une longueur de développement de 2 901 kilomètres (la distance aérienne entre Paris et Le Caire) et une altitude cumulée de 743 kilomètres (la distance routière entre Grenoble et Lille).

Les points de transmission comprennent les télécabines à double câble et les télécabines à un seul câble (télécabines, télésièges). Le terme remonté mécanique comprend les remontées mécaniques (fixes ou séparées), les cordes, les enrouleurs ou les câbles bas. Les autres installations de remontées mécaniques comprennent un funiculaire, une pente et un chemin de fer à crémaillère. Le parc français représente près de 17 % du parc mondial des remontées mécaniques. En 2021, l’investissement dans de nouvelles installations de montagne s’élevait à 132,2 millions d’euros, ce qui représentait 10 % du chiffre d’affaires de la filière : c’était le premier projet d’investissement avant la piste.

Vidéos

4 Comments

  1. Ping :La neige de culture [tout comprendre]

  2. Ping :Les médailles et niveaux des tests de l'ESF

  3. Ping :EÉLV Pays de Savoie

  4. Ping :Retenue collinaire d’Hirmentaz : en Haute-Savoie, la guerre de l’eau continue – EÉLV Pays de Savoie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jusqu'à -42% sur les séjours Ski (avec forfait) via Travelski

X